PING-EVOLUTION

CARTE COVID. La nouvelle carte des zones d'alerte maximale, chiffres actualisés (le 11 octobre 2020)

 

CARTE COVID. La nouvelle carte des zones d'alerte maximale, chiffres actualisés

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Volume 0%
 
 

 

CARTE CORONAVIRUS. Une nouvelle carte du Covid-19 en France a été présentée ce dimanche 11 octobre 2020. Deux nouvelles zones passent en état d'alerte maximale : les métropoles de Toulouse et de Montpellier. Suivez l'évolution des chiffres par département avec notre carte de France du coronavirus...

 

[Mis à jour le 12 octobre 2020 à 13h01] C'était prévisible, c'est désormais confirmé. La nouvelle carte de France du Covid fait passer cette semaine les métropoles de Toulouse et de Montpellier en rouge écarlate, autrement dit en zone d'alerte maximale. Selon les dernières données départementales mises à jour dimanche 11 octobre dans la soirée, la Haute-Garonne est en effet entrée dans la liste des départements où l'incidence est supérieure à 200 cas pour 100 000 habitants. 

ACTUALITÉ DES MARQUES
 
I
 

Selon le dernier bilan du Covid daté de ce dimanche 11 octobre 2020, le département compte 153 patients actuellement hospitalisés, 34 malades en réanimation et 117 morts du coronavirus depuis le début de l'épidémie. Des chiffres globalement en augmentation, comme le taux de positivité des tests (12,4% dans la dernière mesure du 8 octobre 2020 ) et le taux d'incidence donc (206,7 cas pour 100 000 habitants.

L'Hérault en est à 183 cas de Covid-19 pour 100 000 habitants dans le dernier bilan. Le nombre de personnes hospitalisées dans le département est de 159 patients, celui des malades en soins intensifs à 48. 155 personnes sont mortes du coronavirus. Le taux de positivité des tests est de 11,7%. Le taux d'occupation des lits de réanimation au 9 octobre 2020, à l'échelle de la région Occitanie, était de 31,4%, soit au dessus du seuil d'alerte de 30%.

Vivre dans une maison plus saine et plus responsable

Savez-vous que l’air que l’on respire à l’intérieur est jusqu’à 5 fois plus pollué que l’air extérieur ?

Toulouse et Montpellier rejoignent ainsi Paris, Lille, Lyon, Saint-Etienne et Grenoble, passées en rouge écarlate la semaine dernière, ainsi qu'Aix-Marseille, en état alerte maximale depuis la fin du mois de septembre. Les restrictions (bars fermés, protocole dans les restaurants) entreront en vigueur ce mardi 13 octobre dans les deux métropoles du sud.

Une nouvelle carte qui signe l'explosion du Covid en France

Cette nouvelle carte du coronavirus est un nouveau signal d'alerte face à l'explosion de l'épidémie en France, malgré les mesures drastiques prises à la fin septembre avec l'introduction des "zones d'alerte renforcée" et des "zones d'alerte maximale". Ce dimanche 11 octobre, des progressions très fortes sont encore une fois constatées à Paris, où le taux d'incidence dépasse désormais les 400 cas pour 100 000 habitants. La petite couronne est aussi concernée, tout comme le Rhône et les départements voisins de l'Isère, de la Loire et de la Haute-Loire, ainsi que le Nord. Quatorze départements sont désormais au-dessus des 200 cas pour 100 000 habitants, trois sont au dessus des 300 cas (la Loire, le Rhône et les Hauts-de-Seine).

 

Dans le détail, selon le dernier bilan du Covid en Paris daté de ce dimanche 11 octobre 2020, le nombre de personnes hospitalisées dans la capitale est de 549 patients, avec 41 nouveaux admis dans les dernières 24 heures. 132 malades sont en réanimation, avec 9 nouvelles entrées dans la journée. 1920 personnes sont mortes du coronavirus, soit 3 de plus en 24 heures. Le taux de positivité des tests mesuré à la date du 8 octobre 2020 était de 16,9%, soit 0,3 points de plus en 24 heures, alors que le taux d'incidence était de 406,7 cas pour 100 000 habitants, soit 19,8 points de plus. Le taux d'occupation des lits de réanimation au 9 octobre 2020, à l'échelle régionale, était de 39,3%. Le R effectif mesuré le 9 octobre 2020 dans la région était de 1,27. 

 

Des indicateurs inquiétants en Auvergne-Rhône-Alpes

Les chiffres sont aussi très scrutés dans le Rhône et le département voisin de la Loire notamment, où l'épidémie de Covid-19 semble encore difficile à contrôler. Dans le département de Lyon, on en est à 426 patients hospitalisés, dont 24 nouveaux admis dans les dernières 24 heures, 89 malades en réanimation dont 8 nouveaux, et 766 morts  depuis le début de l'épidémie, soit 3 de plus en 24 heures. Le taux de positivité des tests dans le Rhône au 8 octobre 2020 était de 15,5%, soit 0,9 points de plus que la veille, alors que le taux d'incidence était de 310,2 cas pour 100 000 habitants, soit 31,2 points de plus en une seule journée.

 

Dans la Loire voisine, 223 patients frappés par le Covid sont à l'hôpital, avec 19 nouveaux admis dans les dernières 24 heures. 37 cas sont traités dans les services de réanimation dont 2 de plus en 24 heures. Saint-Etienne et les alentours comptent 289 décès depuis l'arrivée du coronavirus dans le département. Les deux indicateurs clés de Santé publique France, soit le taux de positivité des tests et le taux d'incidence sont plus élevés dans la Loire que dans le Rhône : le département affiche 17,9% de positivité, soit 0,9 points de plus en 24 heures et une incidence de 347,0 cas pour 100 000 habitants, soit 30,3 points de plus. Le taux d'occupation des lits de réanimation au 9 octobre 2020 dans la région Auvergne-Rhône-Alpes était de 32,6%.

 

Dans le Nord, où Lille est également en alerte maximale, on dénombre 446 patients hospitalisés dont 18 nouveaux dans les dernières 24 heures, 78 malades en réanimation dont 3 nouvelles entrées et 748 décès cumulés, soit 1 de plus en 24 heures. Le dernier taux de positivité des tests mesuré est de 14,7%, le taux d'incidence de 287,2 cas pour 100 000 habitants, soit 24,3 points de plus en 24 heures. Le taux d'occupation des lits de réanimation au niveau des Hauts-de-France, est de 30,8%.

Dans les Bouches-du-Rhône enfin, où Marseille est en alerte maximale depuis le 23 septembre, ce sont 567 patients attente de Covid-19 qui sont  l'hôpital, avec 44 nouveaux admis dans les dernières 24 heures. 135 malades sont en réanimation, avec 2 nouvelles entrées. 717 personnes sont mortes du coronavirus depuis le début de l'épidémie, soit 2 de plus en 24 heures. Le taux de positivité des tests est évalué à  11,4%, le taux d'incidence à 219,6 cas pour 100 000 habitants (+2,8 points). Le taux d'occupation des lits de réanimation à l'échelle de la région PACA a été mesuré à 40,9%. Consultez la carte et tous les chiffres à jour par département dans notre carte ci-dessous.

 

CARTE DU CORONAVIRUS EN FRANCE

Depuis la mi-septembre nous mettons à jour au quotidien une carte de synthèse du Covid-19 en France, regroupant quelques-uns des principaux indicateurs, département par département. Cette carte du Covid comprend les tout derniers chiffres disponibles pour les hospitalisations, les cas en réanimation, les décès, les guérisons, mais aussi les indicateurs clés que sont le taux de positivité des tests, le taux d'incidence, le R effectif ou le taux d'occupation des lits de réanimation. Consultez la carte ci-dessous et survolez un département pour voir les données :

 
 
 
 
Attention, il existe deux colorations possibles de cette carte : une coloration bleue selon les différents degrés de "vulnérabilité" de chaque département, définis au quotidien par Santé publique France ("vulnérabilité limitée", "modérée" ou "élevée") et une coloration rouge, selon les zones d'alerte établies par le gouvernement ("rouge" pour zone d'alerte ou de circulation active, "super-rouge" pour zone d'alerte renforcée, ou "écarlate" pour zone d'alerte maximale). Actuellement, notre carte est colorée selon le second critère, même si les deux informations sont toujours mentionnées au survol d'un département. Pour tout comprendre aux couleurs et aux chiffres présentés, lisez les précisions ci-dessous.
 

Comprendre les chiffres

En plus des colorations établies par le gouvernement et Santé publique France, figurent sur notre carte du Covid-19 les dernières données hospitalières (hospitalisations, cas en réanimation, décès, sorties de l'hôpital) remontées généralement vers 19 heures chaque jour. Nous affichons aussi deux indicateurs clés de la progression du virus sur le territoire : le taux de positivité des tests et le taux d'incidence. Ces deux indicateurs, consolidés sur une semaine glissante, sont actualisés eux aussi chaque soir, mais avec des données remontant généralement à trois jours. Enfin, nous affichons également une évaluation du "R effectif", autrement dit le nombre de reproduction du virus et le taux de remplissage des lits de réanimation par région. Ces chiffres sont mis à jour de manière plus aléatoire. Voici une définition de chacun des indicateurs :

 
  • Hospitalisations : nombre d'hospitalisations en cours à la date indiquée (chiffre entre parenthèses : nouvelles admissions en 24 heures).
  • Patients en réanimation : nombre de patients en réanimation à la date indiquée (chiffre entre parenthèses : nouvelles admissions en 24 heures).
  • Total des décès : nombre total de décès du Covid-19 dans le département depuis le début de l'épidémie (chiffre entre parenthèses : nouveaux décès en 24 heures).
  • Sorties de l'hôpital : nombre total de sorties dans le département depuis le début de l'épidémie (chiffre entre parenthèses : nouvelles sorties en 24 heures).
  • Taux de positivité des test : part des nouveaux cas de coronavirus diagnostiqués par test PCR sur le nombre total de tests effectués dans le département sur une semaine glissante, en pourcent (chiffre entre parenthèses : évolution de l'indicateur en points par rapport à la précédente mesure). Le seuil d'alerte a été fixé à 10 %.
  • Taux d'incidence : nombre de nouveaux cas de coronavirus diagnostiqués par test PCR survenus sur une semaine glissante. Ce chiffre est rapporté au nombre d'habitants, soit un nombre de cas pour 100 000 habitants (chiffre entre parenthèses : évolution de l'indicateur en points par rapport à la précédente mesure). Le seuil d'alerte a été fixé à 50 pour 100 000 habitants.
  • R effectif (régional) : nombre de reproduction du virus dans la région, autrement dit nombre moyen de personnes contaminées par un malade. Si ce chiffre est supérieur à 1, cela signifie qu'une personne atteinte de Covid-19 contamine plus d'une autre personne en moyenne actuellement et donc que la maladie progresse. Ce chiffre n'est mis à jour que de manière aléatoire.
  • Taux d'occupation des lits de réanimation (régional) : part des lits de réanimation occupés par des patients atteints de Covid-19 dans la région, en pourcent. Ce chiffre n'est mis à jour que de manière aléatoire.
  • Département en vulnérabilité : classement élaboré et mis à jour quotidiennement par Santé publique France avec les Agences régionales de Santé "à partir de l'ensemble des indicateurs produits et des signalements reçus, incluant les investigations de clusters". Cette "analyse contextualisée quotidienne des risques" traduit "à la fois la circulation virale et l'impact sur la santé de la population du département". Les départements sont classés selon trois niveaux de vulnérabilité : "limitée" là où les risques sont les moins élevés, "modérée" et enfin "élevée" pour les départements les plus touchés. Ce classement ne doit pas être confondu avec le classement en "zone rouge", même si les deux sont indirectement liés.
  • Zones rouges : classement établi par le gouvernement pour les départements jugés en "circulation active" du virus. Il est établi en fonction de trois critères : le taux d'incidence général, le taux d'incidence chez les personnes âgées et la part de patients Covid en réanimation. Ce classement va au delà de la stricte observation du coronavirus, il donne des moyens d'actions à l'Etat sur les territoires. Dans les départements classés rouges, des "pouvoirs renforcés" sont en effet attribués aux préfets pour prendre des mesures de restrictions.
  • Zones "d'alerte renforcée" (super-rouge) : ces zones ont été ajoutées pour la première fois le 23 septembre, au sein même des zones rouges. Il s'agit des zones "où le virus circule très fortement, y compris chez les personnes fragiles, avec déjà de premiers impacts sur les systèmes de santé". Le gouvernement a coloré ces départements en "super-rouge", mais ce sont avant tout les agglomérations qui sont concernées par cette nouvelle catégorie : les territoires de Bordeaux, Lyon, Nice, Lille, Toulouse, Saint-Etienne, Rennes, Rouen, Grenoble et Montpellier.
  • Zones "d'alerte maximale" (écarlate) : il s'agit des métropoles de Paris et de sa petite couronne, de Marseille-Aix et de la Guadeloupe où "la situation épidémique peut être qualifiée d'extrêmement tendue, avec des conséquences déjà lourdes sur le système sanitaire". Théoriquement, les bars et restaurants doivent être fermés dans ces zones pour deux semaines, mais un assouplissement a été accordé à la restauration. "Si cette dernière zone d'alerte devait être dépassée, nous n'aurions pas d'autre choix que de déclencher l'état d'urgence sanitaire dans les territoires concernés", a indiqué Olivier Véran.


12/10/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres